Rémi De Vos / Frédéric Dussenne

Ruben et Mathilde, secondés par leurs domestiques noirs, ont invité Daniel et Corine à dîner. Daniel est à la tête d’un projet qui implique les pouvoirs publics congolais et convoite l’entremise de Ruben pour entrer en contact avec le ministre compétent. Ce soir-là, l’homme de pouvoir s’est annoncé, mais ce sera pour signifier à Ruben que l’important chantier qu’il était censé décrocher auprès du gouvernement congolais a été accordé aux Chinois. Le vernis bourgeois alors se craquelle. Comme l’affirme son titre, « Regarde l’homme blanc » traite du regard, du fort sur le faible, de l’homme sur la femme, de l’homme blanc sur l’Afrique, de l’Afrique sur l’homme blanc, de l’homme blanc sur lui-même, d’une génération sur celle qui la précède. Le metteur en scène Frédéric Dussenne s’entoure d’acteurs audacieux pour servir l’écriture de Remi De Vos qui dissèque la débandade occidentale compensée par une humanité profonde envers ses personnages. Sexisme, mépris de classe, culpabilités enfouies, frustration sexuelle, névrose, impuissance, tout éclate en un bouquet final. Cette farce macabre nous fera hurler de rire, et pourtant, c’est bien de nous que l’on parlera !

Interprétation Priscillia Adade, Valérie Bauchau, Stéphane Bissot, Ansou Diedhiou, Philippe Jeusette, Benoit Van Dorslaer et Jérémie Zagba

Texte Rémi De Vos

Dramaturgie et mise en scène Frédéric Dussenne

Assistant à la mise en scène Quentin Simon

Scénographie Vincent Bresmal

Costumes Romain Delhoux

Lumière Renaud Ceulemans

Vidéo Dimitri Petrovic

Cadreur Maxime Jennes

Musique originale Jérémie Zagba

Son David Defour

Chargée de production et de diffusion Rose Alenne

Coproduction L’acteur et l’écrit, le Rideau de Bruxelles, Théâtre de Poche / Bruxelles, Atelier Théâtre Jean Vilar, Théâtre de Liège, Théâtre des Célestins / Lyon, la Coop asblAvec la participation du Théâtre des Osses (Fribourg, Suisse)Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de WBT/D et du tax-shelter du gouvernement fédéral BelgeLe texte est publié chez Actes Sud.